segunda-feira, 26 de outubro de 2020

Jean Ferrat - A porta à direita

La porte à droite

 

On m'a dit tes idées ne sont plus à la mode
Quand on veut gouverner ce n'est pas si commode
Il faut évidemment s'adapter au terrain

Mettre jour après jour un peu d'eau dans son vin

On m'a dit dans la jungle il faut qu'on se débrouille
On est bien obligé d'avaler des magouilles
De laisser dans un coin les projets trop coûteux
On va pas tout rater pour des canards boiteux

La porte du bonheur est une porte étroite
On m'affirme aujourd'hui que c'est la porte à droite
Qu'il ne faut plus rêver et qu'il est opportun
D'oublier nos folies d'avant quatre-vingt-un

On m'a dit qu'il fallait prêcher le sacrifice
A ceux qui n'ont pas pu s'ouvrir un compte en Suisse
Qu'il fallait balayer tous nos vieux préjugés
Et que ceux qui travaill'nt étaient privilégiés

On m'a dit tu comprends tes idées archaïques
Ne feront qu'aggraver la crise économique
Ainsi la liberté dans un monde plus juste
Fait partie des slogans qui sont un peu vétustes

La porte du bonheur est une porte étroite
On m'affirme aujourd'hui que c'est la porte à droite
Qu'il ne faut plus rêver et qu'il est opportun
D'oublier nos folies d'avant quatre-vingt-un

Puis d'autres sont venus beaucoup moins présentables
Qui parlaient de la France en tapant sur la table
Qui disaient faut changer c'est la loi du pendule
On va pour commencer supprimer la pilule

Ensuite il faudra bien flytoxer la vermine
Rétablir la morale avec la guillotine
Et pi gn'a qu'à virer les mauvais syndicats
Pour conserver celui qui plaît au patronat

La porte du bonheur est une porte étroite
On m'affirme aujourd'hui que c'est la porte à droite
Qu'il ne faut plus rêver et qu'il est opportun
D'oublier nos folies d'avant quatre-vingt-un

Ils ont dit qu'il fallait se montrer réaliste
Qu'il y avait du bon dans les journaux racistes
Qu'il fallait nettoyer ce cher et vieux pays
Si l'on ne voulait pas qu'il devienne un gourbi

Dois-je vous l'avouer ces propos me renversent
Quand je vais boire un verre au café du commerce
Parfois je crois revoir sur du papier jauni
La photo de Pétain dans mon verr' de Vichy

La porte du bonheur est une porte étroite
Qu'on ne me dise plus que c'est la porte à droite
Qu'il ne faut plus rêver et qu'il est opportun
D'oublier nos folies d'avant quatre-vingt-un

 

Jean Ferrat

 

domingo, 25 de outubro de 2020

Yo pisaré las calles nuevamente - Pablo Milanés

Yo Pisare Las Calles Nuevamente

 

Yo pisaré las calles, nuevamente
De lo que fue Santiago ensangrentada
Y en una hermosa plaza liberada
Me detendré a llorar por los ausentes

Yo vendré del desierto calcinante
Y saldré de los bosques y los lagos
Y evocaré en un cerro de Santiago
A mis hermanos que murieron antes

Yo unido al que hizo mucho y poco
Al que quiere la patria liberada
Dispararé las primeras balas
Más temprano que tarde sin reposo

Retornarán los libros, las canciones
Que quemaron las manos asesinas
Renacerá mi pueblo de sus ruinas
Y pagarán su culpa los traidores

Un niño jugará en una…

Yo pisaré las calles nuevamente
De lo que fue Santiago ensangrentada
Y en una hermosa plaza liberada
Me detendré a llorar por los ausentes

 

Pablo Milanés

sábado, 24 de outubro de 2020

Amigo, - Caio Fernando Abreu

Amigo,


escuta bem porque calar não calo,
porque até o fim me cumprirei no que consome,
escuta bem, te peço claramente:
essas noites de roxo e de procura,
essa sede nas mãos, tão disfarçada,
esse ácido que, bem sei, te esmaga
como a mim próprio dissolve e mata
(não, não há remédio contra sermos sós)
- é tudo tão duro amigo, amado,
e não compreendem o meu querer calado e pouco:
não mais que isso - um fundo canto
e a mão de qualquer amigo perdida dentro da minha.
(Um anjo negro de desvairadas órbitas
atrás da minha andança descompassada: ah
te daria tanto se querer quisesses.)

 

Caio Fernando Abreu

sexta-feira, 23 de outubro de 2020

Manta de maltês - Joaquim Namorado

(2)
Manta de maltês

 

Manta de maltês: sol do
inverno e sombra do
estio, mortalha pronta,
dossel do amor, tecto e
sobrado de não ter casa.
Manto de um rei das
encruzilhadas, sudário
rasgado de dentes e cutiladas;
uma almofada sobre as ortigas…
uma bandeira de Liberdade.

 

Joaquim Namorado

 

quinta-feira, 22 de outubro de 2020

A espiral depressiva - Jorge Castro

A espiral depressiva

 

um BPN

um BANIF

a PPP

ah, patife!

a trapalhada

a chulice

o poleiro

a aldrabice

o lugar fixe

e o povo…

nada é novo:

- que se lixe!

 

um presidente

um governo

um acidente

um inferno

coligação

rés do chão

maioria em demasia

e que a tudo valha o demo!

cá nos sobra o despautério

e mais a desilusão

dos mares da corrupção

que já ninguém

leva a sério

 

uma troika

gasparova

sempre urgente

e homicida

a fazer de seminova

em governo

de saída

de pés p’rà cova

impotente

mas cautela, ó clientela!

também vem aí

a Europa

o FMI

o Obama

a China nova a oriente

essa tropa e essa gente

tão ingente tão ufana

 

que eu bem nos vi

de repente

limpando o fundo

à gamela

e de bandeira

à lapela

num venha a nós

vosso reino

mas primeiro

que em toda a cidade e vila

mesmo à má-fila

e sem treino

matemos nossos avós

que aquilo são empecilhos

e rendem bem mais

os filhos

do que os egrégios avós

 

assim nos vai o país

dos heróis

dos marinheiros

dos caracóis

dos dinheiros

sem apelo e sem agravo

de fados sem marceneiros

mas de grunhos

estremenhos

a não valerem um chavo

sem terem terra

também

nem pai

nem mãe

nem ninguém

que lhes prove

sem rebuço

e comprove

sem senão

qual a dimensão

de um chuço

e correr com eles a nove!

 

 Jorge Castro

17 de Julho de 2013